Plan de charge Coque Sous-traitance, Emplois. A quoi joue la Direction ?

Trop d’effectif à venir à la coque à Naval Group Lorient ! ! !

Le dernier plan de charge présenté à la Commission Economique du CE du 10 octobre, prévoit pour la Coque une sous-activité au 4ème trimestre 2018 pour 26 personnels (-41 au chantier + 15 à l’Atelier), pour 6 au 1er trimestre 2019 et pour 31 au 2ème trimestre.

Sur ces questions de plan de charge à la Coque, les responsables indiquent de possibles missions vers Cherbourg. Mais, au vu de la durée prévisionnelle du creux de charge (en dehors de la période du 4ème trimestre 2019 au 3ème trimestre 2020, un sureffectif est prévu au moins jusqu’en 2022) et du nombre d’ETP (Equivalents Temps Plein) concernés, la direction ne risque-t-elle pas de revenir sur le volontariat pour les départs en mission ?

Et de l’activité sous traitée ! ! !

Il a aussi été présenté de la charge sur des « ballasts de sous-marin » pour Cherbourg… Nous ne sommes pas contre la solidarité inter établissement, sauf si, dans le même temps, Lorient sous traite sa propre charge ! A qui ? Dans quelles conditions ? Suivant quelle politique d’achat coque ?

De plus, à la longue, il y a un risque de pertes de compétences sur la construction de Bâtiments de surface. Et cela risque fort, une nouvelle fois, de bloquer les embauches ! Avec là encore, des pertes de compétences.

Une direction qui fonce tête baissée et pourtant….

Bien que nous n’ayons pas de programmes à l’export, contrairement aux prévisions trop optimistes et donc erronées, la direction a quand même maintenu sa décision d’avancer la mise sur cale de FREMM 10 de 4 mois et sa sortie de forme de 6 mois !

Le résultat, c’est que pour tenir des délais qui « n’existent pas », puisque nous n’avons pas de navires à l’export, la direction continue d’accélérer la cadence, comme si le plan de charge débordait d’activité ! Or, ce n’est pas le cas.

En clair, nous sommes face à un mur et la Direction continue d’accélérer comme si de rien n’était.

Mais à quoi joue la direction ?

La conséquence de cette politique, c’est que cela créer de la sur-activité à l’instant « t » et de la sous-activité dans quelques mois !

Nous manquerions donc dans cette période (raccourcis de plusieurs mois) de personnels et de surfaces industrielles ? ? ?

Si non, pourquoi avoir transféré le 29 octobre, des tôles (destinées à la confection de panneaux plans : 26 tonnes de tôles), à l’entreprise Chouteau (de Saint Nazaire) ? Il paraît en plus, que ce ne serait pas la dernière ! La preuve, dès à présent, un nouveau transfert se prépare pour le jeudi 8 novembre !

Si nous laissons faire, combien d’autres y en aura-t-il par la suite ?

Une nouvelle fois, la décision de sous-traiter a été prise sans concertation, ni information des élus du CSE (nouveau nom du comité d’entreprise).

Il nous semble qu’avec les Chantiers de l’Atlantique qui disposent d’un carnet de commandes plein sur une dizaine d’années, le bassin d’emploi de Saint-Nazaire n’est pas en vraiment grande difficulté.

A quoi joue donc notre Direction, alors que des salariés de Kership au Rohu LANESTER risquent se retrouver bientôt au chômage ?

A Brest, nos camarades ont commencé le « combat » de la remise en état de leur outil de Construction Neuve (fermé avec l’accord de la CFDT, après la livraison du dernier Anneau FREMM pour Lorient)

Une étude NG a chiffré à 100 M€ la remise en état de cet outil.

100M€ d’INVESTISSEMENT, c’est environ 700 emplois à la clé, mais surtout, ce n’est pas grand-chose pour Naval Group qui dispose d’une trésorerie de presque 3 milliards d’Euros.

Cela permettrait de plus, la construction à Brest par NG des 4 Pétroliers Ravitailleurs pour la Marine Nationale du programme FLOTLOG, et une possible charge pour Lorient.

Alors qu’aujourd’hui ce qui est prévu d’après nos informations, c’est une construction d’après un design Fincantieri. Les « avants » des 4 pétroliers étant faits en Italie, les « arrières » et l’assemblage aux Chantiers de l’Atlantique.

Avec à suivre un porte-avions, dont la Ministre viens de lancer officiellement les études… et tous les gros bâtiments pour la Marine Nationale (BPC…)

C’est aujourd’hui que les personnels de Naval Group doivent se saisir de tous ces problèmes.
Si vous aussi, vous en avez ras-le-bol de la politique industrielle, de sous-traitance et de l’emplois de NG, nous sommes prêts à vous accompagner pour exprimer ce ras-le-bol à vos responsables.
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *