Votez cgt? C’est arrêter de subir et reprendre l’initiative!

En cette période électorale, toutes les Organisations Syndicales sont à l’offensive. Concernant la CGT, nous aurions pu tenter de vous expliquer combien nous sommes plus forts que les autres, comment nous avons, à nous seuls, tout gagné pour tout le monde et au combien les autres Organisations Syndicales ne sont pas dignes de vos suffrages.

Nous avons décidé de ne pas « plonger dans la mêlée électorale » et de miser sur notre action de tous les jours et sur la cohérence de nos analyses régulières.

C’est pour ces raisons que les expressions CGT ne sont pas plus nombreuses que d’habitude. Nous avons régulièrement « fait nos devoirs » et n’éprouvons pas le besoin d’accélérer « la veille des examens »… Cela ne nous empêche pas, quand nous le sentons utile, de revenir vers vous afin que nous fassions le point ensemble.

 

Les prochaines élections vont une fois de plus être un marqueur important de la situation sociale et industrielle de nos établissements. Après avoir évoqué quelques éléments de contexte, pointé les principaux enjeux, nous tenterons de vous convaincre, s’il en est besoin, de voter pour les candidats CGT aux prochaines élections.

Un contexte dangereux et parfois difficile à appréhender

S’il est une réalité, c’est que l’avenir de notre entreprise dépend de choix qui parfois nécessitent que l’on regarde bien au-delà des murs de nos établissements.

Ils sont nombreux, Direction en tête, à nous expliquer aujourd’hui que nous n’avons d’autre alternative que de nous lancer à corps perdu dans le grand bain de la mondialisation.

La CGT n’a jamais caché son opposition à cette perspective, non seulement par principe car nous considérons que la mondialisation lorsqu’elle est financière (et c’est le cas !) est dangereuse, mais également de manière pragmatique puisque personne à ce jour n’a été capable de nous démontrer, même en embellissant le tableau, au combien nous aurions intérêt à cela.

Nous le répétons, au-delà des idées que nous défendons, nous avons tout à perdre à entrer dans une bagarre contre des industriels (chinois, russes, américains) beaucoup plus gros et puissants que nous, prospérant sur des marchés nationaux captifs …

Il faudrait à tout prix que nous nous rapprochions d’autres industriels pour survivre. Quel bel exemple que « l’activité torpille », après avoir tenté de nous allier une première fois avec les italiens, ensuite avec les allemands, voilà que la Direction tente désespérément de nous rapprocher une nouvelle fois avec les italiens. Si ça ce n’est pas du dogme… Cela veut avant tout dire qu’il y a urgence à arrêter la Direction Générale dans ses projets et l’obliger celle-ci à travailler sur les vraies priorités, au premier titre des quelles notre maitrise industrielle !

D’ailleurs, ce besoin d’agir sur les choix ne concerne pas seulement ceux fait au sujet de la stratégie externe. Il y a aussi beaucoup à dire sur les options industrielles prises par nos responsables. Jugez-en plutôt ! Nucléaire civil, EMR, SMA 2020+, Plan de Performance, PSE, Plan d’économie, Plan de Progrès, etc.

Autant de noms et d’acronymes qui devaient représenter du progrès et du développement pour l’entreprise et ses personnels.

N’est-ce pas là une terrible démonstration de la faillite de ceux qui prétendent nous diriger ?

Pour la CGT c’est avant tout la démonstration qu’il faut redonner le pouvoir à ceux qui connaissent l’entreprise et ses fabrications. D’ailleurs, on peut toujours ironiser sur la CGT qui n’est soi-disant jamais d’accord, mais ceux qui ont validé tous ces choix ont-ils eu raison ?

Des enjeux qui impactent directement notre vécu

Ce qui se passe dans les concertations, discussions et négociations centrales a un impact direct sur votre vie dans et hors l’entreprise. Régulièrement, et souvent aux grés des exigences de la Direction Financière et/ou du Conseil d’Administration, les Organisation Syndicales sont amenées à gérer des contextes difficiles.

Les « négociations » se déroulent de plus en plus sous la contrainte et se transforment parfois en de vraies séances de chantage. Cela nécessiterait clairement que les Organisations Syndicales, prennent leurs responsabilités et envoient un réel avertissement à une Direction pour qui tout est bien trop facile.

Concernant les accords posés sur la table par la Direction, c’est pourtant un sans-faute, ils ont tous été signés. S’il y a un enjeu dans cette élection, c’est d’empêcher que seules 2 organisations syndicales puissent valider un accord. Nous réaffirmons qu’avec une CGT plus forte, l’OTT aurait été plus favorable aux personnels, le 13ème mois aurait bien plus de chance de voir le jour, les NR n’auraient certainement pas vu le jour, etc.

Dans la liste des enjeux à cette élection, nous citerons également la nécessité de mettre fin au phénomène de « monétisation de nos acquis ». Il est maintenant devenu habituel que dans le cadre d’une négociation, la Direction « achète » nos acquis avec une prime ou une compensation financière. C’est un phénomène dangereux et nous devons y mettre fin ! La rémunération du temps de propreté en est un parfait exemple et en dit long sur notre manque de vigilance collective.

Malgré les alertes de la CGT, la Direction parvient à rémunérer du temps de travail à un taux ridiculement bas et a mis fin à un acquis qui a un vrai impact sur la vie quotidienne des personnels (Journées de travail plus longues) et sur leur santé (prise en compte de l’insalubrité des tâches). Il y a d’autres exemples tout aussi navrants. Rappelons que le vrai enjeu c’est le salaire, aucune prime ne peut et ne doit le remplacer. Par contre les 2 peuvent s’ajouter…

Autre enjeu tout aussi important, c’est redonner de la puissance aux opérationnels, aux industriels. Cela passe bien évidemment par leur redonner les rênes de l’entreprise. La priorité de tous doit être de fournir à chacun les moyens de travailler correctement, dans de bonnes conditions. Tout cela passe également par redonner de la valeur aux compétences, aux savoirs faires, aux tours de mains, ainsi qu’à leurs transmissions. Dans cette entreprise, faute d’avoir écouté la CGT, les retraités sont appelés à la rescousse, c’est un pur scandale.

Un Vote CGT qui s’impose !

Bien que singulière, notre analyse est juste ! Sur chaque sujet, chaque dossier la CGT vous fait part de son analyse. Nous l’admettons volontier, souvent nous préfèrerions avoir tort. Que cela plaise ou pas, nous continuerons à le faire tout en construisant des propositions et alternatives que nous vous soumettrons.

Ceux qui nous dirigent n’en auront jamais assez ! C’est une évidence, chaque reculs, chaque renonciations en annoncent d’autres. C’est dans la nature de ceux qui nous dirigent d’exiger de notre part des efforts, de nous imposer de nouvelles contraintes qu’ils oublient bien entendu de s’appliquer à eux-mêmes…

Il faut rééquilibrer les débats ! Dans les séances de négociations, les différents débats, tout est trop facile pour la Direction. Le front syndical est divisé et cela ne sert pas les intérêts des personnels. La CGT se retrouve régulièrement seule face à une Direction en position de force. Il est vrai que nous avons fait le choix de proposer, de construire des alternatives et surtout, de ne pas nous limiter à commenter les projets que l’on nous pose sur la table.

Faisons reculer la résignation et le « c’est pire ailleurs » ! Nous ne gagnerons rien à l’individualisme et à la résignation. Il faut redonner des repères collectifs aux personnels et redonner du sens au travail des personnels. Dans ce domaine, nous avons beaucoup à apprendre de ce qui se passe dans d’autres entreprises. Il est faux et malhonnête de dire que tout est systématiquement pire ailleurs. Dans bien des domaines, notamment sociaux et industriels, d’autres font bien mieux que nous. 13ème mois, jour de Solidarité, Jour de carence, Regardez autour de vous !

 

Du 8 au 18 octobre 2018. VOTONS ET FAISONS VOTER CGT !

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *