Réorganiser « Naval Group Lorient », pour sous-traiter !!! La ficelle est un peu grosse !

Réorganisation … Nouvelle Organisation ?

Bien que notre direction s’en défende, elle envisage de réorganiser notre établissement.

Cette « nouvelle organisation » n’a de nouveau que le nom ! En effet, nous retournons à ce qui existait à la DCAN de Lorient il y a 15 ou 20 ans.

La question qui se pose alors, c’est, pourquoi revenir à cette vieille organisation ? La sémantique n’a que peu d’intérêt dans ce débat, ce qui compte c’est l’objectif de notre direction.

Et son objectif, c’est d’augmenter la sous-traitance à la production (Com éco du 28 août).

Mais, pourquoi sous-traiter plus ?

Parce que les sociétés qui emploient les travailleurs détachés ou celles issues des pays LCC (Low Cost Country) reviennent moins chères. Si vous avez un doute, sachez que la CGT de l’arsenal de Lorient vient de faire condamner en appel à Rennes, la société IMSAT (filiale de la SNEF) qui travaillait comme sous-traitant à Naval Group. Et elle a été condamnée pour travail dissimulé.

Voilà, maintenant tout le monde a compris pourquoi c’est moins cher.

Vous avez dit … « socialement responsable » ?

Une question reste : cette pratique est-elle socialement responsable pour une entreprise comme la nôtre, dont l’état détient 65% ?

Se poser la question c’est déjà y répondre … c’est NON.

Ce qui serait « socialement » responsable et qui devrait être la norme pour une entreprise qui est un acteur majeur du tissu économique de notre région, c’est comment créer de l’emploi en local. Comment une entreprise dont le PDG, le Directeur Général sont d’anciens « militaires », peut-elle se comporter si « anti socialement et irresponsablement« , alors que ses finances lui permettent ?

La production ne sera pas la seule concernée

Mais pire, au-delà de la perte « d’activité de production » pour notre établissement (et des pertes de compétences qui vont avec) puisque la volonté de la direction c’est de sous-traiter encore plus, se pose la question de l’avenir de l’Ingénierie et des études en général.

De l’aveu même de nos dirigeants, un bureau d’étude n’a d’avenir qu’à côté d’un atelier de production.

C’est d’ailleurs cette logique (qui a poussé à la fermeture de l’Ingénierie Construction « BS et SM » à Brest), qui prévaut toujours à Naval Group, pour ce qui concerne les Sous-Marins.

Une communauté de travail, un avenir commun

Chacun comprendra bien ici que nous sommes tous liés par notre travail. Ce qui fait la force de notre entreprise, ce n’est pas la juxtaposition de compétences, mais bien un travail en commun des différents salariés, quel que soit notre emploi. Nous ne sommes pas des clients les uns pour les autres, nous sommes un seul et même acteur de notre entreprise.

Disloquer la « direction coque structure » comme s’apprêtent à le faire certains « experts » issus de l’industrie automobile, c’est casser l’outil historique de notre entreprise, en séparant la construction de l’assemblage.

Clairement, la direction veut faire de la Forme (AEF) le « client » de l’Atelier Coque (2AP) ! Et un fournisseur fût-il l’Atelier Coque de Naval Group ça se change au profit d’entreprises qui exploitent les travailleurs détachés comme nous vous l’avons dit plus haut avec IMSAT.

Ne laissons pas faire une direction inexpérimentée dans la construction navale, casser notre entreprise. Ils étaient déjà les spécialistes dans le « Nucléaire » et les « EMR »… on en voit aujourd’hui le résultat !

Défendez-vous, du 08 au 18 octobre, Votez CGT

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *